Photographes en Asie 2012

hauvuy_lightwindow.jpgRed share, par Tamara Hauvuy

du 8 février au 2 juillet 2012

Jeune photographe de 25 ans, Tamara Hauvuy intègre en juillet 2009, la galerie espagnole ARTEAGA pour participer à TORREFACTUM, un symposium d'art contemporain se tenant près de Bilbao.

Cette galerie, au concept original, plonge ses artistes dans des environnements inattendus et lointains pour mesurer l’impact de ce dépaysement sur leur travail.

C’est dans cet esprit, que Tamara Hauvuy part en 2010 pour deux mois dans une résidence d'artistes à Song Zuhang près de Pékin. Elle y parfait son talent de photographe au contact d’artistes chinois, espagnols et argentins.

De là naît cette série de portraits, Red Share. Elle installe, dans les lieux qu’elle arpente au gré de sa fantaisie, une chaise rouge et invite passants et curieux à y prendre place, le temps d’un portait. Il existe une homonymie entre le titre « Red Share » (share : partage) et la traduction anglaise de chaise rouge : « red chair ». Ce mobilier, personnage récurent de la série de portraits, reste ainsi le lieu du partage de vie qu’est cette exposition.

A l’issue de ce travail riche de rencontres artistiques et humaines, elle est invitée avec tous les résidents à exposer dans le pavillon espagnol de l'Exposition Universelle de Shanghai, où elle anime aussi nombre de workshops.

Forte de cette expérience, elle donne une nouvelle dimension à son projet en organisant l’itinérance de son exposition en terre chinoise, grâce à la Direction des Alliances Françaises de Chine qui valide son projet pour juin 2012.

 


 

Poèsie urbaine, par Cathie Cotto

du 4 juillet au 5 novembre 2012

C’est en sillonnant HONSHÙ, du KANSAÏ à l’île de SADO, que mes yeux ont été attirés par la variété des plaques sur le macadam des rues.

Ces plaques fonctionnelles que l'on voit dans toutes les villes du monde, sont au JAPON de véritables œuvres d'art par la beauté formelle des idéogrammes et du décor qui les accompagne.

Ce reportage photographique au ras du sol est une balade insolite au Pays du soleil Levant.

 

 

kimia_1.jpgLe silence vêtu de blanc,  par Kimia

du 7 novembre 2012 au 11 mars 2013

Issues de deux reportages réalisés au Japon en mars 2011 et 2012, à l’Okuno-in du mont Koya-san (sud d’Osaka), les photographies de Kimia reflètent la ferveur religieuse des Japonais à l’égard de statues, symbole d’un art sacré vivant.