expos photos 2016

nizio.jpgYin Yang, tradition et modernité

Photographies de Michel Nizio


Exposition du 6 janvier au 21 mars 2016

 

"Ce symbole qui unit originellement le versant ombreux et le versant ensoleillé d'une vallée contient la complexité du monde dont les constituants s'opposent tout en se complétant : l'obscurité et la lumière, la terre et le ciel, le positif et le négatif, le féminin et le masculin...

Or, dans l'actuelle course au progrès, frénétique et décomplexée, la présence de l'ancien n’est pas un frein à la modernité. Au contraire, elle la stabilise. Non seulement elle exprime une forme de résistance et de solidité, mais encore, elle fixe une image de l'enfance de la société, témoignage de sa longévité et de son authenticité.

L'ancien et le moderne ne peuvent se quereller, car ils n'existent pas l'un sans l'autre.
"

Vanessa NIZIO



Michel Nizio pratique la photographie depuis son jeune âge. Au départ, il a travaillé en Noir & Blanc sur support argentique et est ensuite passé au numérique et à ses différentes extensions.

Autodidacte passionné, il pose un regard curieux sur la société qui l’entoure, attentif aux surprises que lui apporte le quotidien, au gré de ses déambulations et de ses rencontres.

Ce reportage a été réalisé en 2014 à travers la Chine, notamment dans les villes de Pekin, Pingyao, Xi’an, Guilin, Yangshuo, Wuzhen, Suzhou et Shanghai. Au cours de ce voyage, il a pris conscience de la symbiose créée entre l'extrême modernité et les traditions ancestrales qui se côtoient sans s’exclure.

Michel Nizio a été lauréat du prix du jury Noir& Blanc Ilford 1994/1995 et a remporté  le prix du Sept Off 2002 de Nice.

 


 

 

Photo : SHANGHAI : Marché des antiquaires ; GUILIN : Employés d'hôtel à l'entraînement

 

 

le-trainp.jpg"Visages d’Asie", par Charles SCARCERIAUX

du 1er juin 2016 au 5 janvier 2016

 

Face à l’extraordinaire diversité de certains pays d’Asie, face aux évolutions profondes et souvent déstabilisantes qu’ils connaissent, le photographe Charles Scarcériaux explore les identités, documente les changements, qu’il s’agisse de fixer des coutumes en voie d’extinction, ou au contraire de révéler les transformations des modes de vie que génère l’acculturation. Il capte des mutations au fil du voyage, sans jamais occulter l’empathie qu’il ressent pour ceux qui les subissent.