Accueil Expositions Liens expositions temporaires Les mystérieuses cités d'or

Les mystérieuses cités d'or

 

citesdor_cms.jpgSur les traces des mystérieuses cités d'or

du 15 juin 2013 au 13 mai 2014

 

TFOU, BLUE SPIRIT, le MUSEE GUIMET et LE MUSÉE DÉPARTEMENTAL DES ARTS ASIATIQUES vous présentent l’exposition-évènement :

« SUR LES TRACES DES MYSTÉRIEUSES CITÉS D’OR »

 

Du 15 juin au 13 mai 2014, le Musée départemental des Arts asiatiques à Nice accueille l’exposition co-organisée par le musée des Arts asiatiques Guimet, avec TFOU et la société de production Blue Spirit Productions.

 

Succès et phénomène de société depuis les années 1980, Les Mystérieuses Cités d’Or reviennent dans de nouvelles aventures, produites par Blue Spirit Productions et diffusées sur TFOU. Après avoir découvert une première cité en Amérique du Sud, Esteban, Zia et Tao partent au bout du monde, en Chine… où se cacherait une deuxième Cité d’or…

 

DE L’IMAGINAIRE À LA RÉALITÉ, LA CHINE EXPLIQUÉE AUX ENFANTS À TRAVERS LA SÉRIE ANIMÉE LES MYSTÉRIEUSES CITÉS D’OR


En collaboration avec Blue Spirit Productions et TFOU, le musée Guimet a imaginé une exposition qui, complétée d’une trentaine de panneaux et d’extraits vidéo de la série animée, présentera près de quatre-vingts pièces provenant du fonds du musée Guimet – peintures, costumes raffinés, robes dragons impériales, mobilier, cartes, céramiques dont des tuiles faîtières en forme d’animaux fabuleux… Quelques pièces du musée azuréen, ainsi que des prêts extérieurs, notamment une robe exceptionnelle de la dynastie Ming, des maquettes de jonques, statuettes et peintures de collectionneurs privés, viendront enrichir cette présentation à Nice.

 

Ce parcours, qui souligne les interactions entre le dessin animé et les œuvres historiques, apporteront aux visiteurs, des plus jeunes aux plus grands, un éclairage différent et original sur la Chine du XVIe siècle.

L’exposition s’articule autour de quatre grands thèmes qui suivent le déroulement de l’intrigue du dessin animé :

 

  • Les minorités en Chine (Miao, Yao)

Cette première partie aide les visiteurs à découvrir la Chine du XVIe siècle, en examinant notamment les rapports entre la majorité Han et les principales minorités, comme les Miao et les Yao que les héros des Cités d’Or rencontrent au début de leur voyage, en Chine du Sud, mais aussi avec les peuples « conquérants » Mongols et Mandchous.

 

  • La place du dragon dans l’imaginaire chinois

Dans cette deuxième partie, l’exposition aborde la symbolique du dragon, animal imaginaire majeur dans la mythologie et la pensée chinoises, afin de mettre en lumière son caractère bénéfique en Chine, alors qu’il est effrayant, voire même démoniaque, en Occident. Une sélection d’oeuvres permet aussi de mettre en avant son rapport à la perle (symbole de connaissance qui tient une bonne place dans l’intrigue des mystérieuses Cités d’Or), à la sagesse et à la bonne gouvernance, afin d’aménager une transition aisée vers la partie suivante, consacrée à l’empereur, dont le dragon est aussi le symbole.

 

  • L’empereur et la cité interdite, siège du pouvoir impérial

Les origines de l’empire, son incroyable ancienneté et ses structures politiques et administratives avancées – à une époque où l’Occident était encore archaïque – sont au coeur de cette partie de l’exposition. Sont évoquées ses sources philosophiques et intellectuelles, à travers la grande figure de Confucius, mais aussi son déclin progressif jusqu’à sa chute au XXe siècle, ainsi que les grands concours d’Etat qui permettaient le recrutement de la véritable armée de fonctionnaires qui servaient l’empereur et l’empire, faisant de lui un souverain unique dans l’histoire de l’humanité. Le lien à la fois charnel et mythique entre l’empereur et l’Empire du Milieu est également abordé, ainsi que l’isolement de la Chine, renferme derrière sa grande muraille, dont la construction était encore en cours au moment où se déroulent les Cités d’Or. Un isolement auquel répond celui de l’empereur et de la famille régnante, enfermés derrière les hauts murs de la fascinante Cité interdite, dont l’étonnante architecture sera également détaillée à travers des éléments d’architecture et des objets décoratifs.

 

  •  Le monde himalayen, en particulier le Tibet

Dans cette partie, le taoïsme (présent dans les Cités d’Or) est traité dans un grand encadré, ainsi que les autres pratiques bouddhiques, répandues dans toute la Chine, notamment au monastère de Shaolin, que visitent les héros du dessin animé. Le caractère très particulier de ce royaume montagneux et ses rapports avec l’empire chinois des Ming sont également abordés, ainsi que la figure des lamas, ces moines tibétains. Grâce aux nombreuses correspondances entre les décors du dessin animé et les objets tibétains conservés à Guimet, les visiteurs de tous âges peuvent découvrir les divinités du bouddhisme tibétain, notamment les Rois Gardiens et les « dieux farouches » qui veillent sur l’au-delà bouddhique.

 

 

 

Un quiz pédagogique sera distribué gratuitement aux enfants à l'accueil pour découvrir l'exposition de manière ludique.