Nature et Haiku

nature_haiku_lightwindow.jpgNATURE ET HAIKU
Quand le poème devient art éphémère

Installations de Kaïdin, photogaphiées par Uwe Ommer

du 9 juin 2012 au 4 février 2013

En suivant la piste de Matsuo Bashô, grand maître du haïku, poète de l'errance et de l'instant, l’artiste Kaïdin M. le Houelleur s’est mise à l'écoute de la nature, en parcourant le Japon telle une nomade.

 

Inspirée du haïku, Kaïdin crée des installations artistiques dans le milieu naturel, à l'affût des signes que celui-ci lui délivre, qu’elle s’attache à interpréter pour en découvrir le sens.

 

Prenant son temps, l’artiste utilise l'espace, le cadre et les matériaux à sa disposition : eau, bois, terre, pierres, sable, rocher, etc. Elle n'ajoute ni ne retranche rien, mais adapte, déplace et transforme imperceptiblement le rapport nature/culture.

 

A l'image de cette forme de poésie japonaise extrêmement dépouillée qu’est le haïku, son travail repose sur la fulgurance de l'instant pour transmettre une émotion, qu’elle concrétise dans ces créations éphémères in situ, faisant directement référence au «land art», cette tendance de l’art contemporain qui cherche à lier l’art et la vie.

Livrées aux éléments naturels, ces créations fugaces ne s’inscrivent dans le temps qu’à travers l’œil du photographe Uwe Ommer.


A partir du 9 juin, le musée des Arts asiatiques vous invite à la découverte de photographies témoignant de ces installations émouvantes, accompagnées des poèmes de Bashô.

 

Accédez aux photos  du vernissage de cette exposition

 

 

Accédez ici aux photos de l'exposition