Inde

 

L'art indien, soumis à des canons codifiés par les textes, a été un art conservateur qui reprit durant des siècles  les mêmes thèmes en les stylisant et, souvent, en les miniaturisant. Mais, en passant de la grande statuaire de pierre au travail de l'ivoire, la matière la plus raffinée, ou aux bois de char, on retrouve la même maîtrise totale de toutes les formes de sculpture.

 

 
jali.jpg

 Jali ou écran ajouré,

Inde du nord,

Début du XVIIe siècle (vers) 1610),

 Epoque Moghole, règne de Jahangir,

 Grès rose.
Achat, 1999.
Inv : 99.2.1 3028242
© C.G.06 Claude Germain

 

Le roi moghol Jahangir affectionnait les décors géométriques précis, simples et raffinés. Ce jali, composé de motifs en zigzag, était destiné à filtrer la lumière aussi bien du soleil que des lanternes qui éclairaient le palais la nuit.

 

 

chadar.jpgChadar ou élément de cascade,

Inde du nord,

Première moitié du XVIIe siècle, époque Moghole,

Marbre blanc.
Achat, 1998.
Inv : 98.7.1 3027822
© C.G.06 Claude Germain

 

La fonction de ce chadar de marbre était de retenir l'eau avant qu'elle ne remplisse un bassin rectangulaire situé à sa base; objet-témoin du raffinement de la cour moghole au XVIIe siècle, il surprend par le modernisme de son dessin fondé sur la répétition de formes géométriques.

 

 

pieds_trone.jpgPieds de trône royal,

Inde du Sud, Mysore,

XVIIIe siècle,

Ivoire.
Achat, 1997.
Inv : 97-4, 97-5, 97-6, 97-7 3025275
© Laurent Sully Jaulmes

 

Le trône a la fonction universelle de support de la manifestation de la grandeu humaine ou divine. ces quatre pieds de trône datant du XVIIIe siècle proviennent de Mysore, ancien nom de l'état actuel du Karnataka en Inde du Sud. La matériau employé est l'ivoire qui fut dés la haute antiquité une valeur marchande et un produit d'exportation pour l'Inde. Les pieds de trône sont en forme de patte d'oiseau de proie. La figuration réaliste de la peau craquelée et des serres se mêle au décor exhubérant de motifs végétaux et de bijoux qui couvrent la patte de l'animal. Toute la magnificience des cours royales de l'inde du Sud est ainsi évoquée.

 

 

sirhi.jpgKrishna enchantant les bouvieres,

Inde du sud, Deccan, Hyderabad (?),

1750-1800,

peinture à l'or et à l'argent et pigments naturels sur coton indigo.
Achat, 1998.
Inv : 98.2.1 3025317
© Laurent Sully Jaulmes

 

Krishna, jeune dieu au teint bleu-noir paré de bijoux, charme au son de sa flûte les Gôpi. Ces bouvières symbolisent les âmes humaines à la recherche de l'union avec le divin. Huitième avatara (manifestation) de Vishnu, Krishna est un des dieux les plus vénérés en Inde. Les amours de Krishna et des Gôpi furent l'un des thèmes favoris des artistes indiens. Cette pièce de tissu peinte à la main et avec des pigments naturels était tendue derrière la divinité et appartenait à la secte vishnuite de la Pushtrimaga.